LEM


Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Programmes de recherche > Programmes du LEM > contenus des programmes > La mystique théorétique et théurgique dans l’Antiquité gréco-romaine (paganismes, judaïsmes, christianismes)

La mystique théorétique et théurgique dans l’Antiquité gréco-romaine (paganismes, judaïsmes, christianismes)

responsables : Simon C. Mimouni (EPHE – LEM), Arnaud Sérandour (EPHE – LEM)

et Madeleine Scopello (Paris IV-Sorbonne – UMR 8167) avec la collaboration de Constantinos Macris (CNRS – LEM / CERL)

Présentation générale
Ce programme de recherche à caractère international est mis en place conjointement par l’UMR 8584 (Laboratoire d’études sur les monothéismes - Centre d’études des religions du Livre, resp. Philippe Hoffmann) et par l’UMR 8167 (Orient et Méditerranée. Mondes sémitiques, Antiquité tardive, monde byzantin, médecine grecque, Islam médiéval, resp. Christian Robin). Il possède une double direction : Simon C. Mimouni et Arnaud Sérandour pour l’EPHE et le LEM ; Madeleine Scopello pour Paris IV-Sorbonne et l’UMR 8167.

I. Caractère scientifique et administratif du programme
Ce programme fait suite à une journée d’études doctorales organisée par Simon C. Mimouni et Arnaud Sérandour sur « La littérature apocalyptique : entre prophétisme / messianisme et millénarisme ? » dont les travaux seront publiés en 2009 aux Editions Peeters. S.C. Mimouni-A. Sérandour et M. Scopello ont donc monté ce programme de recherche qui reposera à parité égale sur les deux unités de recherche de rattachement (direction et financement). Les conseils de laboratoire de l’UMR 8584 et de l’UMR 8167 ont accepté ce programme dans le cadre de leur quadriennal EPHE-CNRS 2010-2013. L’élément fédérateur des participants à ce projet, dans la ligne des recherches actuelles anglo-saxonnes, est le suivant : les confins, les boundaries, entre les paganismes, les judaïsmes et les christianismes, environ du IIe siècle avant notre ère au Ve siècle de notre ère, sont relativement souples, poreux – une hypothèse qui, évidemment, est à discuter.

II. Fonctionnement du programme
Le but de ce programme est de mener une recherche en commun, afin de profiter des spécialités de chacun pour résoudre des questions définies au départ par les initiateurs du projet, et qui seront progressivement affinées au cours des différentes rencontres de travail. C’est pourquoi on souhaite appeler des spécialistes sur un thème précis conformément à la progression définie et leur demander d’intervenir sur le sujet qu’on leur soumet, en tenant compte des problématiques communes. La méthode est certes d’une certaine façon contraignante, mais elle seule permet d’éviter les discours fermés. Par ailleurs, chaque contributeur aura à fournir son texte un mois avant son intervention afin qu’il soit remis à un répondant.

III. Progression du programme
Au cours des quatre années du programme, après une double journée d’introduction à la fois historiographique, méthodologique et épistémologique, on posera successivement plusieurs questions, qui seront traitées lors de journées d’études ayant lieu deux fois par an.
Chaque fois, la première, celle de janvier, sera conçue plutôt comme une réunion introductive et la deuxième, celle de mai, comme une séance plénière de travail. Toutes, en principe, se dérouleront à Paris.
Ces questions se regroupent en trois ensembles tout aussi descriptifs que problématisés : un premier sur les paganismes, un deuxième sur les judaïsmes et un troisième sur les christianismes.
Chaque ensemble est placé sous la responsabilité d’un spécialiste en ces domaines de recherche : Constantin Macris pour les paganismes, Arnaud Sérandour pour les judaïsmes et Madeleine Scopello pour les christianismes.

- 1. La mystique : approches historiographiques, méthodologiques et épistémologiques Lors de cette journée organisée sous la responsabilité de Simon C. Mimouni, et qui aura lieu le 16 mai 2009, quatre orientations principales seront privilégiées : celles de l’anthropologie et de la sociologie, ainsi que celles du comparatisme et de l’épistémologie. L’objet de cette journée est de parvenir à l’établissement d’une problématique commune après avoir fixé les grands axes méthodologiques, épistémologiques et terminologiques de la recherche qu’on entend mener. Cette séance plénière sera précédée d’une réunion introductive préparatoire qui aura lieu le 17 janvier 2009 sous la responsabilité de Constantin Macris (CNRS / UMR 8584), afin de tracer collectivement les grandes lignes du projet.
- 2. La mystique dans les paganismes (IIe siècle avant notre ère – Ve siècle de notre ère) Organisées sous la responsabilité de Constantin Macris, deux séances plénières portant sur la mystique dans les paganismes auront lieu en janvier et en mai 2010.
- 3. La mystique dans les judaïsmes (IIe siècle avant notre ère – Ve siècle de notre ère) Organisée sous la responsabilité d’Arnaud Sérandour, une séance plénière portant sur la mystique dans les judaïsmes aura lieu en mai 2011.
- 4. La mystique dans les christianismes (Ier – Ve siècle) Organisée sous la responsabilité de Madeleine Scopello, une séance plénière portant sur la mystique dans les christianismes aura lieu en mai 2012.

D’ores et déjà, plus d’une trentaine de chercheurs appartenant à de très nombreuses Universités ou organismes de recherche de la France et de l’étranger, ont donné leur accord de principe pour participer à ce projet.

La publication de deux ouvrages rassemblant les travaux est envisagée à l’issue de chaque période de deux ans.

Simon C. MIMOUNI – Madeleine SCOPELLO – Arnaud SÉRANDOUR ,