LEM


Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Annuaire > DE FRANCESCHI Sylvio Hermann

DE FRANCESCHI Sylvio Hermann

Directeur d’études à l’EPHE, Sciences religieuses, « Religions, savoir et politique dans l’Europe moderne »

Membre statutaire du Laboratoire d’études sur les monothéismes

Site du Centre d’études des religions du Livre (CERL)

Équipe 4 : "Institutions et doctrines religieuses (Europe & Méditerranée médiévales et modernes)"

___

Cursus :

- Né le 11 avril 1972 à Antibes (Alpes-Maritimes).
- Élève de l’École nationale des chartes (1994-1999).
- Archiviste paléographe (1999).
- Agrégé d’histoire (1999).
- ATER en histoire moderne à l’École normale supérieure (1999-2000).
- ATER en histoire moderne à l’Université de Paris IV-Sorbonne (2000-2001).
- Membre de l’École française de Rome (2001-2004).
- Docteur en histoire (2004, EPHE) sous la direction de M. Bruno Neveu.
- ATER en histoire moderne à l’Université Jean Moulin-Lyon III (2004-2005).
- Maître de conférences (« Initiation à l’histoire des idées politiques et théologico-politiques dans l’Europe de l’âge moderne ») à la IVe section de l’École Pratique des Hautes Études (2005-2011).
- HDR en histoire moderne (2010, Paris IV) sous la direction de M. Olivier Chaline.
- Professeur d’histoire moderne à l’Université de Limoges (2011-2012).

Champs de recherches :

- Histoire de la théologie catholique à l’époque moderne.
- Histoire des idées politiques à l’époque moderne.
- Histoire politique et religieuse de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles.
- Histoire des relations diplomatiques en Europe au XVIIe siècle.
- Histoire politique de Venise au XVIIe siècle.
- Histoire de la papauté à l’époque moderne.
- Histoire du jansénisme.
- Histoire du thomisme à l’époque moderne.
- Histoire des pratiques de la négociation à l’époque moderne.
- Histoire des querelles religieuses dans l’Europe catholique posttridentine.
- Histoire du positivisme et de l’antipositivisme dans l’historiographie contemporaine.

Publications :

Monographies :

1) Raison d’État et raison d’Église. La France et l’Interdit vénitien (1606-1607) : aspects diplomatiques et doctrinaux, Paris, Honoré Champion, 2009, 567 p. (Bibliothèque d’histoire moderne et contemporaine, 31).

2) Entre saint Augustin et saint Thomas. Les jansénistes et le refuge thomiste (1653-1663) : à propos des 1re, 2e et 18e Provinciales, préf. G. FERREYROLLES, Paris, Nolin, 2009, 280 p. (Univers Port-Royal, 14).

3) La crise théologico-politique du premier âge baroque. Antiromanisme doctrinal, pouvoir pastoral et raison du prince : le Saint-Siège face au prisme français (1607-1627), Rome, École française de Rome, 2009, 979 p. (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 340).

Ouvrage couronné par le prix Raymond et Yvonne Lantier de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (2011).

4) La Puissance et la Gloire. L’orthodoxie thomiste au péril du jansénisme (1663-1724) : le zénith français de la querelle de la grâce, préf. O. CHALINE, Paris, Nolin, 2011, 555 p. (Univers Port-Royal, 20).

Directions d’ouvrages collectifs :

1) Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin (XVIe-XXe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (30 novembre 2007), éd. S. DE FRANCESCHI, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 7, Lyon, 2008, 168 p.

2) Le pontife et l’erreur. Anti-infaillibilisme catholique et romanité ecclésiale aux temps posttridentins (XVIIe-XXe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (7 mai 2009), éd. S. DE FRANCESCHI, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 11, Lyon, 2010, 192 p.

3) Histoires antiromaines. Antiromanisme et critique dans l’historiographie catholique (XVIe-XXe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (24 septembre 2010), éd. S. DE FRANCESCHI, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 15, Lyon, 2011, 202 p.

Directions de numéros de revues :

1) La culture gallicane. Références et modèles (droit, ecclésiologie, histoire), éd. S. DE FRANCESCHI, Fr. GABRIEL et A. TALLON, Revue de l’histoire des religions, CCXXVI/3, 2009, 252 p.

2) Ruine et survie de Port-Royal (1679-1713). Actes du colloque international organisé par la Société des Amis de Port-Royal (Paris, Port-Royal des Champs, 22-23 septembre 2011), éd. S. DE FRANCESCHI et R. MATHIS, Chroniques de Port-Royal, 62, 2012, 367 p.

Articles scientifiques publiés :

2000

1) « L’autorité pontificale face au legs de l’antiromanisme catholique et régaliste des Lumières : réminiscences doctrinales de Bellarmin et de Suárez dans la théologie politique et l’ecclésiologie catholiques de la mi-XVIIIe siècle à la mi-XIXe siècle », Archivum Historiæ Pontificiæ, 38, 2000, p. 119-163.

2001

2) « La genèse française du catholicisme d’État et son aboutissement au début du ministériat de Richelieu : les catholiques zélés à l’épreuve de l’affaire Santarelli et la clôture de la controverse autour du pouvoir pontifical au temporel (1626-1627) », Annuaire-bulletin de la Société de l’Histoire de France, Année 2001, p. 19-63.

2002

3) « Le pouvoir indirect du pape au temporel et l’antiromanisme catholique des âges pré-infaillibiliste et infaillibiliste : références doctrinales à Bellarmin et à Suárez dans la théologie politique et l’ecclésiologie catholiques du début du XIXe siècle à la mi-XXe siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 88, 2002, p. 103-149.

2003

4) « La Chrétienté au miroir de la diplomatie vénitienne, et l’alliance de l’antiromanisme vénitien et du gallicanisme contre l’ecclésiologie catholique post-tridentine (1601-1620) », Actes du Colloque du Quadricentenaire de la Paix de Lyon, éd. O. ZEGNA RATA, Bourg-en-Bresse/Ambérieu-en-Bugey, 29-30 septembre 2000, Cahiers René de Lucinge, s. 4, 37, 2003, p. 98-119.

2004

5) « La diplomatie henricienne et les ambitions françaises de suprématie temporelle sur la république chrétienne. L’idée de Chrétienté dans la correspondance diplomatique de Philippe Canaye de Fresnes, ambassadeur de France à Venise pendant l’Interdit (1606-1607) », Histoire, Économie et Société. Époques moderne et contemporaine, XXIII/4, 2004, p. 551-585.

6) « Les théologiens parisiens face à un antiromanisme catholique extrême au temps du richérisme. La condamnation du De Republica ecclesiastica de Marc’Antonio De Dominis par la Sorbonne (15 décembre 1617) », Chrétiens et sociétés, XVIe-XXe siècles. Bulletin du Centre André Latreille (Université Lumière-Lyon 2) et de l’Institut d’Histoire du Christianisme (Université Jean Moulin-Lyon 3), 11, 2004, p. 11-32.

2005

7) « Jésuites et bénédictins anglais : une conflictualité larvée au temps de l’absolutisme jacobéen. Concurrence missionnaire et affrontement doctrinal autour de l’affaire Thomas Preston (1611-1616) », Religione, conflittualità e cultura. Il clero regolare nell’Europa d’antico regime, éd. M. C. GIANNINI, Cheiron. Materiali e strumenti di aggiornamento storiografico, XXII/43-44, 2005, p. 107-127.

2006

8) « Approches de la romanité ecclésiale du concile de Trente au Syllabus. L’idée romaine dans la définition de l’Église : parcours d’une interrogation critique », L’idée de Rome : pouvoirs, représentations, conflits. Actes de la XIIe Université d’été d’histoire religieuse, Rome, 10-15 juillet 2003, éd. H. MULTON et C. SORREL, Chambéry, 2006, p. 47-65.

9) « Entre aspirations chrétientaires et reconnaissance de l’absolutisme : le sacre du catholicisme d’État. Les catholiques d’État en France et leur tentative de sauvegarde d’un ordre de Chrétienté à l’âge pré-absolutiste : la rupture du ministériat de Richelieu », Stratégies de la Contre-Réforme en France et en Pologne, Actes du Colloque polono-français, Versailles, 26-29 octobre 2000, éd. Ch. GRELL, M. SERWAŃSKI et I. KRASZEWSKI, Poznań, 2006, p. 103-137.

10) « Thomisme et thomistes dans le débat théologique à l’âge classique. Jalons historiques pour une caractérisation doctrinale », Les écoles de pensée religieuse à l’époque moderne. Actes de la Journée d’Études de Lyon (14 janvier 2006), éd. Y. KRUMENACKER et L. THIROUIN, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires, 5, 2006, p. 65-109.

11) « Les Archives vaticanes comme source pour l’étude des rapports entre la France et l’Espagne à l’époque moderne. Le cas de l’Interdit vénitien (1606-1607) », Gli archivi della Santa Sede e la storia di Francia, éd. G. PIZZORUSSO, O. PONCET et M. SANFILIPPO, Viterbe, 2006, p. 109-136.

2007

12) « Gallicanisme, antirichérisme et reconnaissance de la romanité ecclésiale : la dispute entre le cardinal Bellarmin et le théologien parisien André Duval (1614) », Papes, princes et savants dans l’Europe moderne. Mélanges à la mémoire de Bruno Neveu, éd. J.-L. QUANTIN et J.-Cl. WAQUET, Genève, 2007, p. 97-121.

13) « Les irrémédiables brisures de la Chrétienté de l’histoire. Paolo Sarpi entre idée italienne et idéal chrétientaire », Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux XVIe et XVIIe siècles (France, Espagne, Italie), éd. A. TALLON, Madrid, 2007, p. 273-293.

14) « Le thomisme au secours du jansénisme dans la querelle de la grâce. Vrais et faux thomistes au temps de la Bulle Vnigenitus (1713) », Revue thomiste, CVII/3, 2007, p. 375-418.

15) « Ambiguïtés historiographiques du théologico-politique. Genèse et fortune d’un concept », Revue historique, CCCIX/3, 2007, p. 653-685.

16) « Le modèle jésuite du prince chrétien. À propos du De officio principis Christiani de Bellarmin », Les jésuites dans l’Europe savante, XVIIe Siècle, LIX/4, 2007, p. 713-728.

17) « Bruno Neveu et la romanité. Sources historiographiques et méthode », Chrétiens et sociétés, XVIe-XXe siècles. Bulletin de l’Équipe RESEA (Religions, Sociétés Et Acculturation) UMR 5190 LARHRA, 14, 2007, p. 101-122.

18) « Baroque romain. Jalons pour l’histoire d’un goût et d’un dégoût français, XVIIIe-XXe siècles », Studi romani, LV/3-4, 2007, p. 473-503.

2008

19) « Fénelon et la définition du vrai thomisme. De la condamnation du Cas de conscience (1704) à la Bulle Vnigenitus (1713) », Revue des sciences philosophiques et théologiques, XCII/1, 2008, p. 33-76.

20) « Les premiers jansénistes face à la doctrine thomiste. Jansénisme et thomisme à la veille de la campagne des Provinciales », La campagne des Provinciales. Actes du colloque de Paris, 19-21 septembre 2007, Chroniques de Port-Royal, 58, 2008, p. 307-322.

21) « Les valeurs de l’honnête négociation. Prudence et imprudences diplomatiques au temps de l’Interdit vénitien (1606-1607) », Revue d’histoire diplomatique, 2008/3, p. 193-221.

22) « Paolo Sarpi et Fulgenzio Micanzio. L’extrémisme catholique antiromain du début du XVIIe siècle », Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin (XVIe-XXe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (30 novembre 2007), éd. S. DE FRANCESCHI, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 7, Lyon, 2008, p. 45-71.

23) « Fénelon et la recherche du vrai thomisme. Le débat sur l’antithomisme fénelonien (1725-1726) », Revue d’histoire ecclésiastique, CIII/3-4, 2008, p. 839-886.

24) « La doctrine thomiste au péril du jansénisme. L’affaire du dominicain français Jean-Pierre Viou (1736-1743) », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, CXX/1, 2008, p. 133-167.

25) « Prudence et constance : diplomatie et art de négocier au temps de Montaigne et de Charron », Charron. Actes du colloque de Paris, 18 avril 2008, dir. Ph. DESAN, Corpus, revue de philosophie, 55, 2008, p. 35-67.

2009

26) « Le jansénisme face à la tentation thomiste. Antoine Arnauld et le thomisme de gratia après les cinq Articles de 1663 », Revue thomiste, CIX/1, 2009, p. 5-54.

27) « Thomisme et jansénisme dans la querelle de la grâce (I). Les conséquences des cinq Articles de 1663 sur le débat autour du jansénisme », Bulletin de littérature ecclésiastique, CX/1, 2009, p. 3-30.

28) « Thomisme et jansénisme dans la querelle de la grâce (II). Le spectre des cinq Articles de 1663 au temps de l’antijansénisme triomphant », Bulletin de littérature ecclésiastique, CX/2, 2009, p. 179-206.

29) « Le moment pascalien dans la querelle de la grâce. Pascal à la croisée des chemins (1655-1657) », Revue de synthèse, s. 6, CXXX/4, 2009, p. 595-635.

30) « Simon Vigor face aux catholiques zélés : le gallicanisme radical du début du XVIIe siècle », La culture gallicane. Références et modèles (droit, ecclésiologie, histoire), éd. S. DE FRANCESCHI, Fr. GABRIEL et A. TALLON, Revue de l’histoire des religions, CCXXVI/3, 2009, p. 467-483.

31) « Bossuet ultramontain. Le centre et l’unité de l’Église : saint Pierre dans l’œuvre bossuétienne », Bossuet en politique. Actes de la journée d’étude de Paris, 11 octobre 2008, éd. G. FERREYROLLES, Bulletin des Amis de Bossuet, 36, 2009, p. 14-35.

32) « L’orthodoxie thomiste au secours de l’augustinisme jansénisant. La publication des 10e et 11e volumes de l’édition bénédictine des œuvres de saint Augustin », Augustiniana, LIX/3-4, 2009, p. 323-358.

2010

33) « Antijésuitisme, modernité politique et juridictionalisme vénitien », Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, dir. P.-A. FABRE et C. MAIRE, Rennes, 2010, p. 265-290.

34) « Les problématiques ecclésiologiques françaises au prisme des lectures italiennes. Gallicanisme et antiromanisme janséniste au temps de la papauté intransigeante (de la mi-XVIIIe siècle à la mi-XIXe siècle) », Les échanges religieux entre l’Italie et la France, 1760-1850. Regards croisés — Scambi religiosi tra Francia e Italia, 1760-1850. Sguardi incrociati, éd. Fr. MEYER et S. MILBACH, Chambéry, 2010, p. 59-78.

35) « L’histoire des idées politiques en France et en Italie. Parcours comparés d’une discipline (1920-1970) », Revue française d’histoire des idées politiques, 31, 2010, p. 3-38.

36) « Romanité et universalité de la communauté ecclésiale. Le débat catholique sur les caractères de la véritable Église au temps de Paolo Sarpi », Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, éd. M. VIALLON, Paris, 2010, p. 105-138.

37) « L’empire thomiste dans les querelles doctrinales de l’âge classique. Le statut théologique de saint Thomas d’Aquin au XVIIe siècle », XVIIe Siècle, LXII/2, 2010, p. 313-334.

38) « Le catholicisme antiromain et l’infaillibilité pontificale au début du XVIIe siècle », Le pontife et l’erreur. Anti-infaillibilisme catholique et romanité ecclésiale aux temps posttridentins (XVIIe-XXe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (7 mai 2009), éd. S. DE FRANCESCHI, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 11, Lyon, 2010, p. 39-75.

39) « La femme aux mains des jésuites. Genèses d’un lieu commun de l’antijésuitisme français (XVIIe-XIXe siècles) », Genre et identités aux Pays-Bas méridionaux. L’éducation religieuse des femmes après le concile de Trente, éd. S. MOSTACCIO, Louvain, 2010, p. 205-226.

40) « Antiromanisme catholique et liberté ecclésiastique. La question de la libertas ecclesiastica au temps de l’Interdit vénitien (1606-1607) », Libertas Ecclesiæ. Esquisse d’une généalogie (1650-1800), éd. S.-M. MORGAIN, Paris, 2010, p. 113-133.

41) « Les derniers feux de la querelle de la grâce. Le jansénisme français et la question thomiste à la fin du XVIIIe siècle », Ephemerides Theologicæ Lovanienses, LXXXVI/1, 2010, p. 27-81.

42) « De l’incident à la crise : les débuts du conflit de l’Interdit vénitien (1605-1606) », L’incident diplomatique, XVIe-XVIIIe siècle, dir. L. BÉLY et G. POUMARÈDE, Paris, 2010, p. 151-167.

43) « L’orthodoxie thomiste au péril du thomisme jansénisant. La censure de la Faculté de théologie de Douai du 22 août 1722 et ses suites », Revue du Nord, XCII/385, 2010, p. 297-313.

44) « La difficile négociation de la neutralité. Les entretiens d’Henri IV avec Piero Priuli, ambassadeur de Venise, et Maffeo Barberini, nonce en France, au début de l’Interdit vénitien (1606) », Paroles de négociateurs. L’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du XIXe siècle, éd. S. ANDRETTA, S. PÉQUIGNOT, M.-K. SCHAUB, J.-Cl. WAQUET et Ch. WINDLER, Rome, 2010, p. 173-191.

45) « Les thèses thomistes à l’épreuve du conflit de la grâce générale. Le philothomisme de Pierre Nicole : une théologie de la grâce par provision », Chrétiens et sociétés, XVIe-XXIe siècles. Bulletin de l’Équipe RESEA (Religions, Sociétés Et Acculturation) UMR 5190 LARHRA, 17, 2010, p. 9-43.

46) « La prédétermination physique au tribunal du magistère romain. Tomás de Lemos et la défense augustinienne du thomisme au temps des Congrégations de auxiliis », Teologia e teologi nella Roma dei papi (XVI-XVII secolo), éd. P. BROGGIO et Fr. CANTÙ, Roma moderna e contemporanea, XVIII/1-2, 2010, p. 125-150.

2011

47) « Le principe de souveraineté à l’épreuve. Raison du prince et hostilité catholique à la Compagnie de Jésus en France de l’assassinat d’Henri IV aux États Généraux de 1614-1615 », Europa moderna. Revue d’histoire et d’iconologie, 2, 2011, p. 33-47.

48) « Fénelon et la notion thomiste de prémotion physique. Le thomisme moderne au tribunal du molinisme », Revue de l’histoire des religions, CCXXVIII/1, 2011, p. 37-70.

49) « Le statut du thomisme selon la théologie moliniste. L’antijansénisme de Fénelon au secours de l’orthodoxie thomiste », Revue théologique de Louvain, XLII/2, 2011, p. 217-241.

50) « El tomismo agustiniano de los dominicos españoles. Tomás de Lemos y la referencia a san Agustín en tiempos de las Congregaciones de auxiliis », Agustín en España (siglos XVI y XVII) : Aspectos de Filosofía, Teología y Espiritualidad, éd. M. MESTRE ZARAGOZÁ et Ph. RABATÉ, Criticón, 111-112, 2011, p. 191-213.

51) « L’irruption de l’événement dans le temps de l’Histoire. Rythmique événementielle et longue durée selon Alphonse Dupront (1905-1990) », Revue historique, CCCXIII/3, 2011, p. 611-636.

52) « Augustinisme et science moyenne. Les Salmanticenses (1631) et la référence à saint Augustin dans la controverse espagnole sur les futurs contingents », Revue d’études augustiniennes et patristiques, LVII/1, 2011, p. 109-135.

53) « Antiromanisme historiographique et gallicanisme jansénisant. René-François Guettée et la mise à l’Index de son Histoire de l’Église de France (1852) », Histoires antiromaines. Antiromanisme et critique dans l’historiographie catholique (XVIe-XXe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (24 septembre 2010), éd. S. DE FRANCESCHI, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 15, Lyon, 2011, p. 115-149.

54) « Saint Pierre et saint Paul : deux chefs de l’Église qui n’en font qu’un. Primauté romaine et pétrinité aux temps posttridentins », « Rome, l’unique objet de mon ressentiment  ». Regards critiques sur la papauté. Actes du colloque organisé à Paris les 3-4 octobre 2008 par l’Institut Universitaire de France, éd. Ph. LEVILLAIN, Rome, 2011, p. 231-259.

2012

55) « L’événement, la liberté et le concret. Alphonse Dupront dans le contexte intellectuel du second après-guerre », Storia della storiografia, LXI/1, 2012, p. 11-39.

56) « La grâce de l’ange. Le traité De l’action de Dieu (1713) de François-Laurent Boursier : l’angélologie janséniste face au thomisme », Ruine et survie de Port-Royal (1679-1713). Actes du colloque international organisé par la Société des Amis de Port-Royal (Paris, Port-Royal des Champs, 22-23 septembre 2011), éd. S. DE FRANCESCHI et R. MATHIS, Chroniques de Port-Royal, 62, 2012, p. 219-241.

57) « L’intensité de l’événement dans la longue durée du mythe. Le Mythe de croisade d’Alphonse Dupront (1905-1990) et sa contribution au débat sur l’histoire événementielle », Histoire, Économie et Société. Époques moderne et contemporaine, XXXI/3, 2012, p. 85-112.

58) « Pourquoi des historiens en temps de détresse ? Alphonse Dupront (1905-1990) face au positivisme historiographique : événement et causalité », Francia. Forschungen zur Westeuropäischen Geschichte, 39, 2012, p. 305-329.

59) « La controverse théologique par l’instruction pastorale. Délectation victorieuse et prémotion physique selon Fénelon : à propos de la Théologie de Châlons de Louis Habert (1711) », Les métamorphoses de la théologie. Théologie, littérature, discours religieux au XVIIe siècle, éd. J.-P. GAY et Ch.-O. STIKER-MÉTRAL, Paris, 2012, p. 147-171.

60) « Le jansénisme et le recours à la doctrine thomiste. La défense du philothomisme augustinien au temps de la querelle du Cas de conscience (1702-1706) », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 98, 2012, p. 285-310.