Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Annuaire > COLIN Gérard

COLIN Gérard

Chargé de recherche au CNRS

Membre statutaire du Laboratoire d’études sur les monothéismes

Groupe du Centre d’études des religions du Livre (CERL)

Équipe 1 : Livres sacrés : canons et hétérodoxies / Bible : Écritures hébraïques et chrétiennes

Discipline :
Éthiopien classique

Coordonnées :
Courriel : cauville@club-internet.fr

Parcours et activités :
D.U.E.L. obtenu par équivalence (sous-admissibilité à l’École Normale Supérieure Ulm), 1970. Licence ès lettres Paris IV, 1971. Licence d’allemand Paris IV, 1971. Licence d’histoire Paris IV, 1972. Licence de philosophie Paris IV, 1973. Doctorat de troisième cycle (mention Très Bien) : « Le premier chapitre du Talmid, édition, traduction, commentaire », Paris III, 1980.
Doctorat d’État (mention Très Honorable) : « Le synaxaire éthiopien, édition et traduction du premier trimestre de l’année – état actuel de la question », Paris III, 1986. Diplôme EPHE IVe section : « Une version inédite éthiopienne de la vie de Schenoudi », Paris, 1978.

Diplômes de l’ELOA (Institut Catholique de Paris) :
* Diplôme d’hébreu biblique, 1974. -Diplôme d’araméen, 1974.
* Diplôme de syriaque, 1975. -Diplôme d’éthiopien, 1976.
* Diplôme d’égyptien pharaonique, 1979. -« Grand » diplôme de l’ELCOA : « La notice sur Nestorius du Mashafa mestir », 1981.
* Diplôme de grec patristique, 1988.

Sujets de recherche :
Publication (édition, traduction, commentaire) de textes éthiopiens classiques.
Projets :
Édition -traduction du Livre éthiopien des miracles de Marie.

Publications :
I – Ouvrages :
1-La version éthiopienne de la vie de Schenoudi (texte), Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium (C.S.C.O), VI + 97 p., 1982.
2-La version éthiopienne de la vie de Schenoudi (traduction), C.S.C.O., XIV + 65 p., 1982.
3-La vie de Georges de Sagla (texte), C.S.C.O., III + 65 p., 1986.
4-La vie de Georges de Sagla (traduction), C.S.C.O., XIII + 50 p., 1986.
5-Le synaxaire éthiopien -mois de maskaram (texte et traduction), Patrologia Orientalis (P.O.), 194 p., 1986.
6-Le synaxaire éthiopien -mois de teqemt (texte et traduction), P.O., 168 p., 1987.
7-Le synaxaire éthiopien -mois de hedar (texte et traduction), P.O., 181 p., 1988.
8-La vie de Samu’el de Halleluya (texte), C.S.C.O., I + 93 p., 1990.
9-La vie de Samu’el de Halleluya (traduction), C.S.C.O., XI + 79 p., 1990.
10 -Le synaxaire éthiopien -mois de terr (texte et traduction), P.O., 252 p., 1990.
11 -Le synaxaire éthiopien -mois de yakkatit (texte et traduction), P.O., 168 p., 1992.
12 -Le synaxaire éthiopien -mois de maggabit (texte et traduction), P.O., 178 p., 1994.
13 -Le synaxaire éthiopien -mois de miyazya (texte et traduction), P.O., 120 p., 1995.
14 -Le synaxaire éthiopien -mois de genbot (texte et traduction), P.O., 176 p., 1997.
15 -Le synaxaire éthiopien -index générauxs, annexes, P.O., 172 p., 1999.
16 -L’homélie sur l’église de la Roche attribuée à Timothée Ælure (édition critique du texte éthiopien, traduction, commentaire), P.O., 94 p., 2001.
17 -La version éthiopienne de l’Histoire de Bsoy (texte et traduction), P.O., 79 p., 2002.
18 -La Gloire des rois (Kebra nagast), épopée nationale de l’Éthiopie (première traduction française), Cahiers d’Orientalisme, 117 p., 2002.
19 -Le premier chapitre du « Talmid », Cahiers d’Orientalisme (à paraître).
20 -Le livre éthiopien des miracles de Marie, coll. Patrimoines christianisme, Paris, Cerf, 2004, 550 p.
21-Alexandre le Grand, héros chrétien en Ethiopie : Histoire d’Alexandre (Zena Eskender), Leuven, Peeters, 2007, VII-157 p.
22 -Alexandre le Grand, Paris, Pygmalion, 2007, 300 p.

II – Articles :
1 -« La notice sur Nestorius du Mashafa mestir de Georges de Sagla », Orientalia Christiana Periodica L, fasc. 1, 1984, p. 107-125.
2 -« La profession de foi christologique du Talmid », Mélanges M.Rodinson, 1985, p. 161-163.
3 -« Le synaxaire éthiopien -État actuel de la question », Analecta Bollandiana 106, fasc. 3-4, 1988, p. 273¬ 317.
4 -« À propos des graffites sud-arabiques du Ouadi Hammamat », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 88, 1988, p. 33-36.
5 -« La version éthiopienne de la prière de Pachôme », Mélanges Antoine Guillaumont, 1988, p. 57-61.
6 -« Littérature et chrétienté éthiopiennes », Revue de l’Institut catholique de Paris 35, 1990, p. 165-175.
7 -« Une particularité de la langue du synaxaire éthiopien : l’emploi inchoatif du verbe kona (un parallèle à une valeur de xpr) », Revue d’égyptologie 44, 1993, p. 195-198.
8 -« Nubie chrétienne », dans Littérature de l’Égypte ancienne et littérature copte, sous la direction de Jean LECLANT et Nicolas GRIMAL, Dictionnaire universel des littératures, PUF, 1994.
9 -« L’Égypte pharaonique dans la chronique de Jean, évêque de Nikiou », Revue d’égyptologie 46, 1995, p. 43-54.
10 -« ‘Dans une proximité lointaine’ ou ‘en allant et en venant’ ? (Sinouhé B2 [R 25]) », Revue d’égyptologie 46, 1995, p. 203-204.
11 -« Khâkheperrêseneb et la conscience de l’Histoire », Göttinger Miszellen 150, 1996, p. 43-46.
12 -« L’édition indigène du synaxaire éthiopien », Analecta Bollandiana, 119, 2001, p. 48-58.
13 -« La Bibliothèque nationale de France », Encyclopedia Aethiopica, 1, Hambourg, 2003, p. 581.
14-« L’Homélie sur la foi en la Trinité de Séverien de Gabala », Aethiopica 6, 2003, p. 70-109.
15 -« Giyorgis of Sägla », Encyclopedia Æthiopica 2, 2005, p. 812.
16 -« Hagiographie », Encyclopedia Æthiopica (à paraître)
17 -« Le Mashafa dorho (Le livre du Coq) », Encyclopedia Aethiopica (à paraître)
18 -« Synaxaire éthiopien », Encyclopedia Æthiopica (à paraître)
19 -« Les inscriptions éthiopiennes des musées de San’a et de Zafar » (à paraître).

Projets
Je travaille actuellement à un César conçu dans le même esprit que l’histoire d’Alexandre.
Par ailleurs, je mets la dernière main à la traduction de la version éthiopienne de Barlaam et Josaphat, texte des plus célèbres au Moyen-Âge et parvenu en Éthiopie à l’issue d’une longue chaîne de traductions en diverses langues : le livre de Barlaam et Josaphat fut probablement le « roman » le plus lu au coursdu Moyen Âge. Le noyau du récit est constitué par l’enfance du Bouddha qui, peu à peu, se détache de la vie et des biens du siècle pour embrasser la solitude monastique. Dans ce cheminement, Josaphat (une déformation du mot Bouddha) est guidé par Barlaam, un ascète hindou ultérieurement devenu ermite chrétien. L’histoire du texte est remarquable : le canevas général, tiré d’une Vie légendaire du personnage écrite en sanscrit, fut traduit en pehlvi puis, à la conquête musulmane, en arabe. Il passe bientôt en géorgien puis en grec, où il prend sa forme définitive, fortement christianisée ; traduit en latin, il est à l’origine de toutes les versions occidentales. Une autre traduction, en arabe, servira de modèle au texte éthiopien. Celui-ci a fait l’objet d’une unique édition il y a plus de trois quarts de siècle ; il n’avait jamais été traduit en français. (sous presse, Leuven, Peeters). cauville@club-internet.fr