LEM


Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Présentation > Présentation générale

Présentation du Laboratoire d’études sur les Monothéismes

Le Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM) est un laboratoire généraliste de sciences religieuses, le principal en France à étudier de manière scientifique, historique et non confessante, les textes et les doctrines des traditions religieuses européennes et méditerranéennes. Son objet inclut, outre le judaïsme, le christianisme et l’islam, certaines formes de dissidence religieuse (par exemple, la gnose et le manichéisme), ainsi que le monothéisme philosophique païen. Il porte aussi sur la confrontation entre les rationalités religieuses et la rationalité philosophique. Ses limites temporelles commencent avec la constitution des grands canons des Écritures, et vont jusqu’à leur réception à l’époque moderne.

Du point de vue méthodologique, le Laboratoire d’études sur les monothéismes est une unité pluridisciplinaire où se côtoient des philologues, des historiens et des philosophes. Les disciplines employées vont de l’établissement philologique et de l’édition de textes, jusqu’à l’interprétation philosophique, en passant par toutes les strates de la réception historique et de l’interprétation doctrinale.

C’est une unité mixte de recherche (UMR 8584 du CNRS), sous la tutelle principale de l’École pratique des hautes études, mais aussi, secondairement, de l’université Paris IV Sorbonne et de l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne.

INTÉGRATION DANS LE PAYSAGE DE LA RECHERCHE

Le Laboratoire d’études sur les monothéismes est au cœur du Laboratoire d’excellence « Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances » (LabEx Hastec), au sein du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur « Hautes études, Sorbonne, Arts et métiers » (PRES HESAM). Il s’inscrit d’autre part dans le Groupement d’intérêt scientifique SOURCEM (« Les sources de la culture européenne et méditerranéenne »). Le LEM adhère au projet de Campus Condorcet auquel il appartient à la fois sous l’angle des sciences de l’érudition et sous celui des sciences religieuses.

ARTICULATIONS INTERNES

Le Laboratoire d’études sur les monothéismes s’est constitué de la manière suivante :

1. Au commencement, en 1970, H. Corbin, P. Vignaux et G. Vajda ont fondé le Centre d’études des religions du Livre. Il se trouve maintenant à Villejuif.
2. En 1995, l’équipe de la « Nouvelle Gallia Judaica » s’y est rattachée.
3. En 2002, l’Institut d’études augustiniennes (tutelle principale Paris IV Sorbonne) s’y est agrégé.
4. Enfin, en 2007, une équipe de l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne, le Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux (CERCOR), s’est rattachée à l’ensemble.

Néanmoins l’articulation principale du Laboratoire repose sur des distinctions scientifiques, et non sur des répartitions géographiques. Le travail est donc organisé à travers quatre équipes, qui correspondent surtout à des différences d’approche méthodique :
- L’équipe 1, « Livres sacrés : canons et hétérodoxies » a pour objet l’étude historique et philologique des Écritures saintes, de la Bible (hébraïque et chrétienne), et du Coran.
- L’équipe 2, « Littératures religieuses et exégèse biblique dans l’Antiquité tardive et au Moyen Âge », porte sur l’étude des Pères de l’Église et de l’exégèse biblique en Occident jusqu’au Moyen Âge. L’Institut d’études augustiniennes en fait partie.
- L’équipe 3, « Philosophies et théologies antiques, médiévales et modernes » a pour objet l’étude philosophique et doctrinale des textes fondamentaux de la pensée occidentale, ce qui inclut des débats théologiques.
- L’équipe 4, « Institutions et doctrines religieuses (Europe et Méditerranée médiévales et modernes) », se propose de croiser l’histoire des doctrines religieuses avec l’histoire des communautés et des institutions qui en sont le support, pour une période qui comprend à la fois le moyen-âge et l’époque moderne. En font partie la « Nouvelle Gallia Judaica » et le CERCOR de Saint-Étienne.